01 75 90 96 91 contact@yjj-partners.com

      Nous comptons chaque année des milliers de français s’engageant sur la voie de l’entrepreneuriat. Cherchant ainsi à tendre à l’indépendance financière en rendant concret leur projets d’entreprises . Cela consiste à créer une société pour mettre en application des idées et en tirer un revenu.

      En 2017, 591000 entreprises ont été créées en France, soit 7% de plus qu’en 2016 (Source : INSEE), majoritairement dans les secteurs du commerce, du transport, de l’hébergement et de la restauration.

      La France est considérée comme le 30ème pays au monde où il fait bon entreprendre.

      Cette place prouve un intérêt permanent, mais démontre également qu’il reste des progrès à faire. Le côté moins reluisant de l’entrepreneuriat en France révèle que près de la moitié des entreprises ne survivent pas plus de 5 ans (Direction Générale des Entreprises) et que tous les ans des procédures de dépôts de bilan sont engagées. De plus, l’activité entrepreneuriale reste encore bien inférieure à l’intention entrepreneuriale.

      Comment expliquer cela ?

      La France est connue pour avoir développé un système lourd, aussi bien fiscalement qu’administrativement.

      Et ceci représente un véritable frein dans le développement de projets, puisque cela crée un sentiment de découragement et une perte d’envie.

      Le sujet principal concerne le taux d’imposition des entreprises, permettant de calculer l’impôt sur les sociétés.

      Depuis 2018, il s’établit à 28 % pour les entreprises réalisant des bénéfices inférieurs à 500 000 euros, et à 33,33 % pour les entreprises avec des bénéfices plus élevés. Cette imposition est lourde.
      En plus de cette imposition, une chef d’entreprise doit gérer son entreprise et notamment toutes les déclarations à rendre régulièrement, que cela soit la TVA, l’URSSAF… Il doit également supporter la lourdeur de la gestion des ressources humaines, ainsi que les exigences précises du droit du travail.

      Enfin, un autre problème concerne la carence majeure de solutions de financement pour les entreprises en création. Les banques sont assez frileuses à l’idée de soutenir des nouveaux projets.

      Entreprendre en France est un projet qui se tente, mais force est de constater que le système actuel a tendance à poser des obstacles sur la route des entrepreneurs, ce qui limite à la fois l’investissement et l’expansion des entreprises.